A silent voice – Yoshitoki Oima

IMG_0868Mon avis bref : Une lecture mitigée

L’histoire : 

Shoko Nishimiya est sourde depuis sa naissance. Même équipée d’un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d’elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l’abandonner, laissant sa mère l’élever seule.

Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle s’emploie à surmonter ses difficultés mais, malgré ses efforts pour s’intégrer dans ce nouvel environnement, rien n’y fait : les persécutions se multiplient, menées par Shoya Ishida, le leader de la classe. Tour à tour intrigué, fasciné, puis finalement exaspéré par cette jeune fille qui ne sait pas communiquer avec sa voix, Shoya décide de consacrer toute son énergie à lui rendre la vie impossible. Psychologiques puis physiques, les agressions du jeune garçon se font de plus en plus violentes… jusqu’au jour où la brimade de trop provoque une plainte de la famille de Shoko, ainsi que l’intervention du directeur de l’école.

À cet instant, tout bascule pour Shoya : ses camarades, qui jusque-là ne manquaient pas eux non plus une occasion de tourmenter la jeune fille, vont se retourner contre lui et le désigner comme seul responsable… Un manga pas comme les autres, qui réussit avec brio à parler de handicap de manière juste et touchante

Mon avis moins bref :

En regardant les cases du Bingo de mon #Challengediversitélivresque, je me suis rappelée que N. possédait ce manga qui a  pour personnage principale une sourde.  En prime ce manga a fait beaucoup parlé de lui en bien, voire très bien. J’ai du coup vérifié via mon moteur de recherche et oui il s’agit bien d’une mangaka. Du coup ni une ni deux je lui ai emprunté. Ce sur quoi N. m’a dit « C’est sympa, mais ce n’est pas non plus exceptionnel »

J’ai trouvé que cette série courte (7 tomes) se lit très rapidement et assez facilement, même si certains passages ne sont pas plaisants (en particulier le premier tome).

L’autrice nous raconte l’histoire d’une jeune fille sourde qui intègre une classe de valides. On y découvre le harcèlement scolaire, la méchanceté des autres élèves envers elle et celle de certain.e.s adultes. On y découvre aussi les relations familiales compliquées de Shoko, dû aux comportement de ses parents face à son handicap.

J’ai personnellement eu du mal à croire à tout ce que raconte l’autrice, j’avais une impression de trop. Mais je n’ai pas de handicap et je n’ai jamais été confronté à la situation décrite dans ce récit. De plus étant française, je suis d’une culture différente des personnages. Ceci explique peut être mon ressentit . Cela ne veut pas dire que je n’y ai pas cru du tout. Oui le harcèlement scolaire peut être très violent. Oui les enfants peuvent être méchants entre elleux, encore plus quand il y a une différence. Oui les adultes peuvent ne pas savoir gérer un enfant avec un handicap et peuvent être méchant à leur manière.

J’ai  eu peur au début de ma lecture, que l’autrice pardonne le comportement de Shoya, qui est le second personnage principal. J’avais peur qu’en le suivant on lui trouve des excuses. Et pour le coup, certes je n’ai pas toujours compris le comportement de Shoko, j’ai trouvé que Yoshitoki Oima ne lui cherchait pas d’excuse et ne cherchait pas  à nous faire lui pardonner son comportement. Ce qu’il a fait est mal et cela lui est rappelé tout au long des 7 tomes.

J’ai apprécié certains choix de l’autrice pour représenter le comportement / la situation des personnages par le dessin. Par exemple les croix sur les visages des autres enfants entourant Shoya une fois que celui-ci s’est coupé d’eux.

 

La mise en image du carnet comme moyen de communication et son importance pour Shoko.

img_0870.jpg

Les textes incomplets pour nous représenter le handicap de Shoko, que ce soit ce qu’elle entend ou encore la difficulté qu’elle a à oraliser.

 

 

Enfin la représentation par le dessin de  la langue des signes. Pour cette partie j’ai cherché à savoir comment l’autrice, qui n’est pas mal-entendante, avait fait. La mère de Yoshitoki Oima est interprète en langue des signes et c’est par elle qu’elle a eu l’idée de cette histoire et sa mère l’a aidé pour ces dialogues (si j’ai bien tout compris).

 

 

Mais à la fin de ma lecture j’étais mitigée, quelque chose me dérangeait mais je n’arrivais pas forcément à mettre le doigt dessus. J’ai demandé sur twitter si des personnes concernées par ce handicap avait lu ce manga, j’ai eu une réponse. Et en échangeant avec cette personne j’ai appris qu’elle trouvait que la représentation qu’apporte ce manga sur les sourd.e.s n’est pas top. Car encore une fois la personne handicapée est passive, ne prend pas d’initiative, ne réagit pas et se laisse faire. Pour reprendre ses mots « La victimisation a une limite. »

Et c’est dommage car ce manga a fait énormément parlé de lui. Je pense qu’il aurait été intéressant que Shoko se réveille, réagisse ou alors qu’il y ait un second personnage sourd qui la sorte de sa passivité.

(Pour information cette personne m’a conseillé de plutôt lire le manga « L’orchestre des doigts » de l’auteur Osamu Yammoto. Bon je vous aurais bien mis un lien pour pouvoir le trouver, mais il va falloir vous renseigner auprès de vos bibliothèques, car il n’est plus trouvable dans le commerce. Pour ma part j’ai de la chance il est dans celle ma ville.)

N. a trouvé que le manga sur la fin de la série s’écartait du sujet du handicap pour plus se focaliser sur la relation d’amitié des différents personnages. Ce qui a rendu le manga plus « banal », et fait que les deux derniers tomes étaient moins prenant que les 5 premiers. Pour ma part ça ne m’a pas choqué.

Et sinon je sais que la fin ouverte de cette série a déçu une partie du lectorat. Si vous n’aimez pas ce genre de fin vous êtes prévenu.e.s.

Pour ce qui est du dessin, il ne m’a pas particulièrement marqué, je ne lui ai rien trouvé de spécial / particulier, je n’y ai pas accroché plus que ça. Comme d’habitude voici quelques photos pour vous faire votre avis.

 

 

 

Ce livre vous tente ?  Il est peut être dispo chez votre libraire : le tome 1 ici ou encore en coffret ici

TW : Harcèlement scolaire, violences (coups et blessures)

TW (spoiler) : Hospitalisation, tentative de suicide, coma

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s